Dessins de mon carnet

Depuis des années j’ai des carnets de dessins dans mon sac à dos. Ils me permettent de dessiner rapidement ce qui me passe par la tête, comme une prise de notes qui se fait avec des images. Ces croquis enrichissent un répertoire d’images que je réutilise (ou pas) dans d’autres travaux.

Allégorie de la Justice

La renaissance allemande peut parfois prendre des airs de Heavy métal des années 70-80 mais là je vous propose une version plutôt graffiti Hip-hop de l’Allégorie de la Justice de Cranach (peinte en 1537). La main gauche du dessin, dépourvue de la balance fait penser au « Satan fingers » des métaleux et on peut imaginer un mur couvert de tags derrière la figure. J’aime ce registre anachronique et le côté mélancolique du visage.

cranach
D’après Cranach, encre de Chine sur papier aquarelle, 30 x 40 cm
la-justice-6
Cranach, Allégorie de la Justice, 1537, collection privée

Trois portraits

p1

p2

p3

 

Ces trois dessins sont réalisés à l’encre de chine et aux crayons aquarellables sur du papier aquarelle de 30 x 40 cm. J’utilise des écritures et des symboles comme matière à part entière qui se mêle au portrait. Les mots, extraits de mes journaux intimes, s’enchevêtrent avec la profondeur et la transparence des couleurs. Ces portraits deviennent alors des palimpsestes personnels.